Gnocchi de ricotta aux blettes presque niçois

Helloooo Voyageur ! Le donjon rouvre ses portes pour cet été et t’emmène directement en Italie : vacances en pension complète (si tu trouves que les oubliettes font une chambre acceptable), activités « modelage de pâte » comprise, et repas 4 étoiles, bref, le grand luxe ! 
Gnocchi crus, bientôt le grand plongeon !
Cette année, il s’est (encore) passé une mini révolution dans le Donjon : j’ai envoûté de la ricotta. Alors oui, j’imagine que tu attendais ne révélation autrement plus exotique. Va savoir pourquoi, j’ai toujours  pensé que c’était la même chose que la brousse que j’ai l’habitude d’utiliser, et pas du tout : les deux restent des fromages frais, mais la ricotta a un goût plus doux, plus lacté, que j’aime énormément. Et voici de nouvelles expériences culinaires en perspectives !

Tout a commencé avec un livre extra, Du simple au sublime de Donna Hay. C’est simple, j’ai envie de cuisiner à peu près toutes les recettes, à commencer par les très intrigants gnocchis de ricotta. Je n’en avais jamais entendu parler, je ne connaissais que ceux à la patate (que j’ai déclinés au potimarron et à la châtaigne mais en gardant le principe de base), il fallait donc absolument tester au plus vite ^^

Gnocci cuits !
Comme d’habitude, je n’ai pas suivi la recette mais cette fois ce n’est pas vraiment de ma faute m’sieur le juge. Dans le livre il y a beaucoup moins de farine, mais il est indiqué d’utiliser de la ricotta sèche. Je ne sais pas si tu connais ce produit, mais même à Nice, tout près de l’Italie, impossible d’en trouver. J’ai donc fait n’importe quoi improvisé avec la ricotta fraîche en pot, et il a fallu adapter les quantités des autres ingrédients. A ce moment là, j’ai pensé que ce serait sympa de faire un de ces jours la recette traditionnelle niçoise de gnocchi verts, aussi appelés élégamment « merdas di can » (oui, crottes de chien en nissart au cas où tu te poserais la question). Et comme j’avais un beau bouquet de blettes sous la main, pourquoi attendre "un de ces jours" ? Je l’ai donc expédié fissa dans le Chaudron en psalmodiant « Caaaarpe dieeeem » (un peu de philo pour faire passer cette grave entorse à la tradition et il n'y voit que du feu^^). Alors certes, ce ne sont pas les VRAIS gnocchis niçois qui se font habituellement avec des pommes de terre, mais ceux-ci sont tellement fondants, frais et digestes (oui, ça compte !) que je n’ai vraiment aucuns scrupules ;) 

Pour les accompagner, j’ai fait une petite sauce aux tomates fraîches, ail et basilic très parfumée et rapide à préparer. Attention à choisir des tomates bien mures, car le résultat peut varier énormément en fonction de leur qualité. C’est l’expérience qui parle, la sauce que tu vois sur les photos a été préparée avec des petites tomates grappe très goûteuses, mais mon deuxième essai avec de grosses tomates à salade était très décevant.


Ce qu'il faut mettre dans le Chaudron
pour 4 aventuriers :
400 g de ricotta fraîche
2 œufs
100 g de parmesan
200 g de farine
200 g de feuilles de blettes
½ cuillère à café de sel

  • Dans une terrine, mélanger la ricotta, les œufs, le sel et le parmesan fraîchement râpé. Ajouter la farine petit à petit, pétrir pour l’incorporer. On obtient une pâte un peu molle mais qui se tient. 
  • Blanchir les feuilles de blettes 1 minute dans de l’eau bouillante additionnée d’une cuillère à café de bicarbonate, puis les égoutter et les plonger dans de l’eau glacée, cela leur conservera une belle couleur verte.
  • Couper les feuilles en lanières fines. Les presser entre les mains pour en extraire l’eau puis les mélanger à la pâte à gnocchi.
  • Couvrir et laisser reposer au frais une heure, mais elle peut attendre le lendemain.
  • Partager la pâte en 4 parts. Fariner chaque boulette et les rouler en boudins de 2 cm de diamètre, découper en morceaux réguliers de 3 cm.
  • Faire bouillir de l’eau salée, verser les gnocchi dans l’eau et les enlever quand ils remontent à la surface, cela prendra environs 2 ou 3 minutes de cuisson.
Notes aux Sorciers :
Une fois les gnocchi préparés et découpés, les cuire tout de suite ou les réserver au frigo
Pour la taille des gnocchi et les rayures éventuelles à la fourchette, c'est toi qui voit. J'ai fait de gros morceaux pour aller plus vite et ça cuit très bien. Je n'ai pas fait les rainures non plus, c'était journée relâche ^^ Et avec une sauce épaisse comme là elles ne sont pas vraiment utiles !  

1 commentaire

  1. Bon sang, c'est abusé comme ça me donne envie :) Je vais tester, c'est sûr, et j'en connais qui va être content...
    Beaucoup de recettes me plaisent sur ton blog que je viens de parcourir vite fait, en tout cas, elles m'ont l'air de bien correspondre à mes papilles !

    RépondreSupprimer